samedi 4 juillet 2009

L'Italie se fascise...


Silvio Berlusconi, le crétin qui dirige l'Italie (voir ici) vient de faire adopter une nouvelle loi restreignant énormément l'immigration. En effet, cette loi rend l'immigration clandestine illégale et la punie d'une amende d'entre 5 000 et 10 000 euros, en plus d'une expulsion immédiate. De plus, la nouvelle législation rendra obligatoire la présentation d'un permis de séjour ou d'un passeport pour déclarer la naissance d'un enfant. Les immigrants illégaux et les immigrantes illégales pourront également séjourner jusqu'à 6 mois dans les centres de rétention (sortes de prisons de l'immigration).

Cette loi est même dénoncée par le Vatican (!), preuve de sa radicalité! Beaucoup y voient, à juste titre, un retour aux lois raciales de l'époque de Mussolini.

Berlusconi et son gouvernement légalise aussi les "rondes de citoyens" : des "citoyens" pourront ainsi se porter volontaire afin de "signaler aux forces de l'ordre les événements qui peuvent mettre à mal la sécurité urbaine ou provoquer des troubles à l'ordre public." Les "rondes de citoyens" existent depuis la fin des années 90, sans nécessairement avoir de statut légal, on les appelle les chemises vertes. Petit détail comme ça, tous les membres des chemises vertes font parti de la Ligue du Nord, un parti d'extrème-droite allié du gouvernement de Berlusconi. Pour beaucoup de citoyens et de citoyennes, le rapport est facile à faire entre les chemises vertes et les chemises noires fascistes et on craint que leurs actions visent les minorités ethniques...

D'ailleurs, toute cette nouvelle législation est vue comme une concession de Berlusconi à la Ligue du Nord pour sa coopération au pouvoir.

Source 1
Source 2

2 commentaires:

anarchopragmatisme a dit…

De plus en plus inquiétant! Comme si les immigrants étaient un grave problème!

Le pire, c'est que Ron Paul, un des politiciens les plus libertariens aux États-Unis (un anti-guerre farouche!), était d'accord avec ce genre d'ânerie berlusconienne!

BlackBloc a dit…

Ron Paul est d'accord avec ce genre de politique parce que Ron Paul n'est pas un libertarien, et encore moins un libertaire. C'est un populiste de droite, et un tenant des théories du complot, avec des contacts dans les milieux fascistes USA: des dons de Stormfront entre autre pour l'aider durant sa campagne, plusieurs propos racistes dans sa newsletter, etc.

Il faut comprendre qu'aux USA les groupes fascistes récupèrent les arguments libertariens car ils considèrent le governement fédéral comme corrompu par les juifs (Zionist Occupied Government) et par les intégrationistes (apologie de la Guerre Civile Américaine, et démonisation du gouvernement fédéral qui a forcé l'intégration des Noirs dans les écoles du Sud) et veulent un retour au Posse Commitatus, gouvernement de l'État ou même du comté. Si c'est semblable a la décentralisation préférée par les libertariens et plusieurs libertaires, la motivation en est une moins noble: contrôle hautement autoritaire, mais local, pour le nettoyage ethnique. Le parti Libertarien a vraiment peu de jugement dans sa sélection de membres et il arrive souvent que des gens qui pronent l'intégration de l'Église et de l'État ou des thèses fascisantes soient acceptés simplement parce qu'ils sont capables de dire que leurs idées sont 'la Liberté' malgré que ce soit un non-sens.

La rhétorique anti-guerre est aussi facilement récupérable par la droite fascisante en faisant tomber sur le dos d'Israël (par extension, la Juiverie Internationale) toute forme d'intervention au Moyen-Orient. Comprendre que National Allicance a essayé de faire le coup aussi en essayant de se faufiler dans les manifs alter-mondialistes et anti-guerres.